Aller au contenu
Accueil » Articles » Pourquoi vivre en autonomie sans travailler n’est pas la voie que j’ai choisie ?

Pourquoi vivre en autonomie sans travailler n’est pas la voie que j’ai choisie ?

Contribuez à l'émergence de NOUVEAUX RÉCITS sur la décroissance en partageant cet article :

Bienvenue sur Vivre Low-tech ! Si tu t’intéresses à l’entrepreneuriat de la post-croissance, tu souhaites peut-être lire mon livre 90 jours pour lancer ton entreprise et agir face à l’urgence climatique : clique ici pour télécharger le livre gratuitement ! 🙂

Dans le brouhaha incessant de nos vies modernes, qui n’a jamais songé à tout plaquer pour une vie simple ? 

Vivre en autonomie sans travailler…

Cet appel, souvent perçu comme une bouffée d’oxygène, est le doux rêve d’autonomie que nombreux d’entre nous caressent. 

Il s’agit d’une rébellion contre un système professionnel oppressant et orienté vers la réussite matérielle. 

Quitter son travail, c’est rechercher une liberté authentique, mais aussi affronter les défis de l’autonomie financière. 

Quitter son travail salarié pour être plus libre

La quête de liberté

Pour de nombreuses personnes, vivre en autonomie sans travailler représente une évasion d’un système de travail perçu comme oppressant. 

Dans le modèle de travail traditionnel, les horaires rigides, la pression constante pour la performance et l’obéissance à sa hiérarchie peuvent générer stress et épuisement. 

En prime, la culture moderne de la consommation exerce une pression pour gagner davantage, dépenser plus et suivre un idéal de réussite souvent basé sur des normes matérielles. 

Pour de nombreuses personnes, cette course sans fin est dépourvue de sens. 

La vie en autonomie, en revanche, promet un retour à l’essentiel.

Elle suggère un mode de vie où les individus ont plus de contrôle sur leur temps, leurs ressources et leurs choix. Elle offre une chance de rompre avec la dépendance à un système salarial et de créer une existence basée sur des valeurs personnelles, comme la simplicité et la connexion à la nature.

Réduire au maximum ses dépenses et vivre en autonomie apparaît alors comme un moyen de ne plus dépendre d’un revenu et offre la possibilité de quitter son travail.

Il y a de nombreuses raisons qui peuvent vous pousser à vouloir vivre en autonomie sans travailler

En voici quelques-unes… 

  • Épuisement professionnel (burnout) : le stress chronique et la surcharge de travail peuvent mener à un épuisement émotionnel, physique et mental.
  • Recherche d’équilibre travail-vie personnelle : certains ressentent le besoin de consacrer plus de temps à leur famille, à leurs amis ou à leurs loisirs.
  • Insatisfaction professionnelle : le manque de passion ou d’intérêt pour le travail effectué peut pousser à envisager d’autres options.
  • Mauvaise culture d’entreprise : un environnement de travail toxique ou des relations tendues avec les collègues ou la hiérarchie peuvent être décourageants.
  • Désir d’explorer d’autres passions : l’envie de voyager, d’étudier, de commencer une nouvelle activité ou de changer de carrière peut être une motivation.

Vivre en autonomie sans travailler : les limites

La précarité 

Qui n’a jamais rêvé d’une vie sans contraintes financières ?

L’idée est séduisante, mais derrière ce mirage se cache une réalité moins rose. Vivre sans argent est un exercice d’équilibriste, même pour les plus aguerris en quête d’autonomie.

Sans une réserve financière, comment gérer des urgences, que ce soit une maladie soudaine ou un toit qui fuit après une tempête ?

L’absence d’un « filet de sécurité » financier peut transformer une simple complication en une véritable crise.

Le rejet de l’argent

L’argent a toujours été un sujet de controverse. Ce n’est, pourtant, qu’un moyen de simplifier les échanges. 

C’est aussi une condition souvent nécessaire pour créer un projet. L’argent, c’est de la puissance d’agir sur le monde.

Vous rêvez de lancer votre propre projet artistique ? De créer un écovillage ? De proposer des stages de permaculture ? Chacun de ces rêves nécessite des ressources financières pour être concrétisé.

La marginalisation

L’autonomie totale peut sonner comme une évasion, mais elle peut aussi mener à un isolement non désiré.

Un voyage à vélo, un bon bouquin, un stage de CNV ou des cours de poterie… Ces connexions avec le monde extérieur, souvent accessibles grâce à l’argent, peuvent rapidement manquer et créer un sentiment d’isolement.

En ce qui me concerne, vivre en autonomie ne doit pas signifier se couper du monde extérieur. Ainsi, générer mon propre revenu me permet de gagner en autonomie financière.

Vivre en autonomie ne peut pas se faire sans autonomie financière

Diminuer vos dépenses, jusqu’à quel point ?

Le frugalisme, qui désigne la recherche d’une vie simple avec des dépenses minimales, est parfois adopté comme un choix conscient pour maximiser l’épargne, accéder à une retraite anticipée ou simplement vivre une vie plus épanouissante avec moins de possessions matérielles. 

Dans certains cas, cette philosophie peut être adoptée par défaut par des personnes qui se sentent limitées dans leur capacité à augmenter leurs revenus. 

Voici quelques raisons pour lesquelles cela se produit.

  • Manque de formation : sans accès à une formation ou une éducation adéquate, certains peuvent se sentir coincés dans des emplois mal rémunérés et voir la frugalité comme le seul moyen d’assurer une certaine sécurité financière.
  • Croyances culturelles ou personnelles : dans certaines cultures ou familles, les discussions sur l’argent et la manière de gagner plus peuvent être taboues. Dans ces cas, le frugalisme peut sembler être la seule option viable.
  • Manque de confiance ou de compétences entrepreneuriales : certains individus ne se voient pas comme des entrepreneurs ou ne croient pas avoir les compétences nécessaires pour lancer leur propre affaire, les limitant ainsi à leurs revenus actuels.

Retrouver du sens et de l’autonomie dans son travail 

Quitter son travail salarié et être capable de générer son propre revenu peut prendre différentes formes. Voici quelques exemples : 

  • Travail à distance. Avec la montée du numérique, de nombreux métiers peuvent être exercés à distance. Cela permet de choisir ses clients, ses projets, et souvent ses horaires, tout en travaillant depuis n’importe où.
  • Création d’ateliers ou de formations. Si vous avez des compétences ou des connaissances (construction, permaculture, artisanat, etc.), proposez des formations ou des ateliers payants.
  • Economie collaborative. Participer à des plateformes de partage ou d’échange de services peut générer des revenus tout en réduisant les dépenses et en favorisant l’autonomie.
  • Produits artisanaux. Si vous avez un talent ou une passion, comme la poterie, la couture ou la fabrication d’objets, vous pouvez vendre vos créations en ligne ou lors de marchés locaux.
  • Création d’un tiers-lieu. Dans de nombreux villages où les commerces ont disparu, nous avons besoin de lieux pour nous retrouver : ressourcerie, coworking, ateliers, café-librairie, etc. 

 

RESSOURCE GRATUITE

Ton prénom :

Ton e-mail :

Désinscription en 1 clic.


Deviens entrepreneur low-tech


Le guide pour les écoanxieux qui veulent passer à l’action et :
– avoir un métier qui a du sens ;
– créer leur propre emploi ;
– trouver des clients sans trahir leurs valeurs.



Contribuez à l'émergence de NOUVEAUX RÉCITS sur la décroissance en partageant cet article :

2 commentaires sur “Pourquoi vivre en autonomie sans travailler n’est pas la voie que j’ai choisie ?”

  1. Merci pour cet article ! On sent une vraie ouverture d’esprit et une conscience de l’écologie ça fais plaisir 🙂 Effectivement il y a beaucoup de points à prendre en compte et de blocages qu’il faut sérieusement aborder quand on décide de vivre ce genre de vie. J’aime beaucoup ton blog et tes articles en tout cas continue comme ça !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *