Aller au contenu
Accueil » Articles » Pourquoi avons-nous choisi une tiny house sur remorque plutôt qu’une tiny house fixe ?

Pourquoi avons-nous choisi une tiny house sur remorque plutôt qu’une tiny house fixe ?

Étiquettes:
Contribuez à l'émergence de NOUVEAUX RÉCITS sur la décroissance en partageant cet article :

Bienvenue sur Vivre Low-tech ! Si tu t’intéresses à l’entrepreneuriat de la post-croissance, tu souhaites peut-être lire mon livre 90 jours pour lancer ton entreprise et agir face à l’urgence climatique : clique ici pour télécharger le livre gratuitement ! 🙂

En France, quand on parle de tiny house, cela sous-entend souvent qu’on parle de tiny house sur remorque. Mais en réalité, tiny house signifie simplement “petite maison” (souvent moins de 30 m2). 

Dans les pays anglophones, cette distinction est d’ailleurs bien marquée. Lorsqu’on parle d’une tiny house mobile, on spécifie « tiny house on wheels » soit « petite maison sur roues ».

Lorsqu’on commence à s’intéresser aux maisons minimalistes et écologiques, on plonge tête la première dans le vaste univers des tiny houses. 

Dans sa définition la plus large, une tiny house peut être une yourte, un dôme, une maison conteneur…. Le terme tiny house est alors synonyme de petit habitat léger ou réversible (une maison qui ne nécessite pas de fondations lourdes et permanentes, et qui peut être moins impactantes pour le terrain sur lequel elles sont installées).

 Mais dans cet article, quand je parlerai de tiny house fixe, je fais référence à une petite maison en bois. C’est donc une définition plus restreinte, mais qui me permet de mieux vous expliquer les avantages et inconvénients d’une tiny house sur remorque. 

Ce que vous apprendrez dans cet article : 

  • Les avantages et inconvénients d’une tiny house fixe et d’une tiny house sur remorque. 
  • Les 2 besoins auxquels répond une tiny house mobile pour nous.
  • Pourquoi convertir une tiny house sur remorque en tiny house fixe est possible (mais certainement pas une très bonne idée). 

Quelles sont les principales différences entre une tiny house fixe et une tiny house sur remorque ?

En France, une tiny house sur remorque mesure généralement 2,45 m de large par 4,20 m de haut et pèse moins de 3,5 tonnes. Au-delà de ces dimensions, elle doit être déplacée en convoi exceptionnel et ne peut pas être simplement tractée derrière un véhicule avec le permis remorque. 

Ainsi, les tiny house fixes ne sont pas soumis à ces contraintes de taille et de poids et cela leur permet souvent d’être légèrement plus spacieuses, mais aussi plus écologiques. En effet, en raison de la taille et du poids, l’isolant et les matériaux utilisés dans la plupart des tiny house sur remorque ne permettent pas de créer une maison dite passive ou bioclimatique.

Avantages et inconvénients de ces deux types de petites maisons

Tiny House FixeTiny house sur remorque
AvantagesLégèrement plus spacieuse, car pas limitée par la taille de la remorque et le poids maximum (3,5 t).

Plus écologique car moins de contrainte de poids qui permet de créer des maisons avec plus d’inertie. 
Mobile, peut être facilement déplacée.
InconvénientsAchat du terrain pour la construction. Durée de vie plus courte d’une tiny house fixe.

Réglementation de la loi Alur pour rester plus de 3 mois sur un terrain et cette réglementation n’est pas un cadeau !

Quelles sont les différences légales ? 

Pour les tiny house fixes, il faut dans un premier temps calculer sa surface d’emprise au sol : 

  • en dessous de 20 mètres carrés, il faudra faire une déclaration préalable de travaux. 
  • Au-delà de 20 mètres carrés, il sera nécessaire de faire la demande d’un permis de construire. 

Pour les tiny house sur remorque, seule la déclaration préalable de travaux est requise. 

Qu’est-ce qui nous a fait pencher pour la tiny house sur remorque ?

Dans un premier temps, nous avons envie de rejoindre un collectif (type écolieu). Puis, dans un second temps, nous aimerions créer notre propre lieu collectif et contribuer à essaimer ce mode de vie alternatif.  

La tiny house mobile nous permet de réconcilier 2 besoins : 

  • celui d’avoir un espace à nous dans un collectif et ;
  • celui de pouvoir déplacer notre maison en fonction du ou des collectifs qui souhaitent nous accueillir. 

Si nous avions déjà un terrain ou un lieu fixe, je pense que nous aurions opté pour un dôme ou un earthship. Le dôme est une option particulièrement peu coûteuse et le earthship permet d’avoir une maison plus écologique qu’une tiny house sur remorque. 

Pour le moment, nous souhaitons garder une grande liberté d’installation pour bouger au gré de nos envies professionnelles et personnelles. 

Comme n’importe quel projet, il n’y a pas de situation parfaite dans l’absolu, mais des solutions qui répondent mieux que d’autres à certains besoins. C’est pour cette raison qu’à la question “Dois-je acheter une tiny house fixe ou une tiny house sur remorque ?”, il est préférable de se demander “quels sont les besoins que je souhaite nourrir ?”

La question des besoins et des habitudes de chacun est d’ailleurs centrale au moment de la réalisation des plans de la tiny house. Vous pouvez découvrir ici mon article : 6 étapes pour réaliser des plans de tiny house.

Est-ce qu’une tiny house sur remorque peut être ensuite transformée en tiny house fixe ?

Oui, puisque légalement une tiny house sur remorque doit pouvoir se désolidariser de sa remorque. Il est alors possible de l’installer de manière définitive sur un terrain. 

Seul hic de cette solution, vous cumulez tous les inconvénients de la tiny house sur remorque (dimension, faible inertie, matériaux…) et tous les inconvénients d’une tiny house fixe (ne peut pas être déplacée facilement). 

Mais encore une fois, cela peut fonctionner pour certains cas particuliers. 

Que retenir de la différence entre les tiny houses sur remorques et les tiny houses fixes ?

Vous l’aurez compris, il n’y a pas de raison de créer une bataille de clochers entre les tiny houses fixes et les tiny houses mobiles. C’est, comme toujours, une question d’arbitrage avant tout très personnel. 

En ce qui me concerne, je sais que j’ai toujours un peu peur de me mettre un fil à la patte et tout ce qui préserve mon besoin de liberté m’attire. C’est peut-être quelque chose que je finirais par dépasser dans les prochaines années et qui m’amènera à faire des choix différents. 

Sur ce point, je vous invite d’ailleurs à vous interroger sur ce que vous considérez comme une belle maison. Voici quelques pistes dans cet article : Qu’est-ce qu’une belle maison ? (Et pourquoi la maison autonome est-elle le nouveau luxe) ?


Contribuez à l'émergence de NOUVEAUX RÉCITS sur la décroissance en partageant cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *